© 2014 Sport & Démocratie • Design by Django  • nouvelle version ©2017

Bibliographies

Animateur

Julien Legalle

Ingénieur d'étude de ressources documentaires

Université de Caen

La reconversion des sportifs

Javerlhiac S. La reconversion des sportifs de haut niveau. Rennes : Presses universitaires
de Rennes, 2014.

L'analyse révèle un système complexe dans lequel, en l'absence de pilotage institutionnel, se confrontent des stratégies antagonistes et des relations de pouvoir et de domination. Les politiques fédérales se distinguent entre "éthique de la responsabilité" (l'athlète est au centre du projet) et "éthique de la conviction" (seul le résultat sportif compte). Si les sportifs de haut niveau subissent de nombreuses contraintes, celles-ci constituent autant d'obstacles que d'excuses à ne pas se former. C'est dans l'histoire singulière de ceux qui ont décidé de se former, parfois à l'encontre de la politique fédérale, que se lisent tout à la fois la volonté et les stratégies mises en œuvre. Les acteurs institutionnels tentent de faire vivre le double projet. Ce dernier étant "imparfaitement défini", non encadré légalement, leur cadre d'action se trouve considérablement réduit.

Fabre C., Gatignon-Turnau A.-L., Ventolini S. « Les stratégies de reconversion des sportifs professionnels : une lecture par les carrières intelligentes ». @GRH, 2012, Vol. 5, n°4, p. 113-137.

Cet article s’interroge sur les stratégies mises en œuvre par les joueurs pour préparer leur reconversion professionnelle. À partir de l’analyse du cas des joueurs de rugby professionnels, cette étude présente une typologie des différentes stratégies menées par les sportifs et identifie des facteurs d’adoption de celles-ci.

 

Fleuriel S., Schotté M. « La reconversion paradoxale des sportifs français : Premiers enseignements d’une enquête sur les sélectionnés aux jeux olympiques de 1972 et 1992 ». Sciences sociales et sport, 2011, Vol. 4, n°1, p. 115-140.

Tiré d’une enquête par questionnaires et par entretiens qui porte sur la reconversion de sélectionnés olympiques français, ce travail met en évidence un paradoxe : si les enquêtés accèdent à des positions majoritairement situées dans le haut de l’espace social, celles-ci restent la plupart du temps ancrées dans l’espace sportif, produisant alors un effet d’enfermement. Outre la faible convertibilité du capital sportif, l’article montre aussi que l’ascension objective n’est linéaire qu’en apparence dans la mesure où la reconversion professionnelle est souvent vécue comme un déclassement par rapport à la position sportive antérieurement occupée.

Papin B. Conversion et reconversion des élites sportives. Paris : L’Harmattan, 2007.

Le monde du sportif de haut niveau s'inscrit dans des conditions matérielles d'existence où la recherche de l'exploit occupe le cœur de la vie quotidienne. Il est nécessaire de rentrer dans le monde des représentations mentales du champion pour comprendre quels usages maximaux le champion est amené à faire de son corps pour le perfectionner et attendre l'exploit.

Stephan Y., Bilard J., Ninot G. « L’arrêt de carrière sportive de haut niveau : un phénomène dynamique et multidimensionnel ». Movement & Sport Sciences, 2005, Vol. 54, n°1, p. 35‑62.

Cet article s’intéresse au caractère dynamique et multidimensionnel de l’arrêt de carrière sportive au travers de quatre parties. Plus précisément, ce travail rend compte des recherches ayant : (a) caractérisé la nature de l’arrêt de carrière sportive de haut niveau, des modèles de rupture vers des modélisations plus récentes issues des théories sur les transitions de vie ; (b) identifié les répercussions psychologiques de la perte d’un statut socioprofessionnel « exceptionnel », marquées par un paradoxe entre renaissance et crise ; (c) mis en évidence les facteurs jouant un rôle dans l’adaptation à une nouvelle situation socioprofessionnelle, et pouvant soit retarder soit accélérer l’adaptation à cette situation ; (d) souligné l’importance de la remise en question du corps performant dans les difficultés d’adaptation, cette dimension corporelle ayant été récemment considérée en tant que facteur de crise.

Sport et développement durable

Bessy O. (éd.). Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires. Voiron, France : PUS, Presses universitaires du sport : Territorial éd., 2008. 175 p.

Outre leurs intérêts hygiéniques et ludiques pour les pratiquants, les loisirs sportifs de nature sont devenus plus que du sport, de véritables vecteurs de structuration des territoires, qui tissent des relations étroites avec le tourisme et le développement durable. L'objectif de cet ouvrage est de montrer comment aujourd'hui, les différents territoires sont structurés, mis en valeur et dynamisés dans une perspective de développement durable par des pratiques, des aménagements, des événements et des entreprises liés aux loisirs et au tourisme sportif de nature.

Gillet J.-M., Sorzana B. Les politiques sportives au défi du développement durable. Voiron, France : Territorial éd. : Presses universitaires du sport, 2011. 81 p.

Cet ouvrage présente les aspects historico-structurels du développement durable et la relation étroite qu'il entretient avec des politiques sportives renouvelées.

Lehénaff D., Legendre S. Un sport vert pour ma planète: 100 mesures concrètes pour bonifier l’impact écologique du sport et des sportifs. Vincennes, France : Chiron, 2012. 318 p.

Repenser le sport, ses pratiques, son organisation, son financement, sa couverture médiatique… Vers un sport plus respectueux de son environnement physique et humain. Vous trouverez dans cet ouvrage "un sport vert pour ma planète", centré sur les impacts écologiques du sport, et les moyens concrets de rendre nos pratiques et usages plus éco-responsables, 100 mesures concrètes pour bonifier l'impact écologique. 

Institut national du sport et de l’éducation physique, SVPlanète. Les Cahiers de l’INSEP (Paris), ISSN 1241-0691. Sport, environnement, développement durable. Paris, France : INSEP, 2007. 374 p.

Ce document contient l'ensemble des communications données à l'occasion du grand colloque national organisé sur le thème du développement durable au printemps dernier à l'INSEP. L'ouvrage, qui fait notamment la part belle aux projets et réalisations effectives émanant du tissu fédéral sportif, des collectivités territoriales ou encore d'organisateurs de courses prestigieuses, est enrichi de contributions originales, essentielles pour mieux comprendre les enjeux planétaires actuels et le rôle central que le monde sportif peut jouer. L'invité d'honneur de ce colloque était le médecin explorateur Jean-Louis Étienne. Son intervention est retranscrite intégralement dans ces pages.

Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Université de Bordeaux II. Faculté des sciences du sport et de l’éducation physique. Sport, nature et développement durable: une question de génération ?. Pessac, France : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014. 553 p.

Les activités de pleine nature, qui ont connu un essor spectaculaire, doivent se montrer respectueuses de l’environnement et des activités économiques locales (élevage, agriculture, exploitation forestière, par exemple). Les aménagements pour le sport donnent matière à des consignes très précises afin de protéger les lieux. Les comportements des publics de pratiquants font l’objet de préconisations précises en appelant à une conduite responsable. La perspective diachronique, prenant en considération différentes époques, de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, et la perspective synchronique, faisant varier les échelles spatiales, ont permis de vérifier si et dans quelle mesure la question du développement durable et de la protection de la nature, à propos du sport, correspondait à une préoccupation de génération(s). À l’articulation de ces deux axes, des configurations caractéristiques ont été étudiées mettant en présence plusieurs catégories d’agents: décideurs politiques et administratifs, responsables associatifs, experts scientifiques, techniciens divers, éducateurs, pratiquants sportifs, etc. En fonction des enjeux et des forces en présence, des lignes de tension, des conflits d’usage, des compromis, des coopérations, des consensus se font jour… Durablement ou non? La question ne doit jamais être écartée.

Pereira D. Tout pour réussir une manifestation sportive durable: quand le développement durable et le sport se rencontrent. Paris, France : Publibook, 2005. 131 p.

Ce guide permet d'inscrire un événement sportif dans le développement durable. Très pédagogique, il provoque une véritable prise de conscience pour toute personne, sportive ou non, désireuse d'adopter une attitude plus citoyenne. De nombreux thèmes sont abordés (protection de l'environnement, pratique des personnes handicapées, solidarité, commerce équitable, formation, lutte contre le dopage et la violence...) Des actions et organisations à mettre en place sont proposées.

Sport et intégration

Arnaud P., Attali M., Saint-Martin J. (éd.).

Le sport en France: une approche politique, économique et sociale.
Paris, France : la Documentation française, 2008. 213 p.

Qu'il s'agisse du sport de haut niveau, du sport spectacle ou du sport de tous, le sport semble participer de plain-pied à l'évolution de la société française. En est-il pour autant un reflet ? Dans quelle mesure peut-il être considéré comme un élément des transformations sociales et culturelles ? D'une activité structurée originellement par la sphère privée, en quoi l'initiative publique participe-t-elle à son intégration et à son développement ? 

Falcoz M., Koebel M. (éd.). Intégration par le sport: représentations et réalités. Paris, France : L’Harmattan, 2005. 270 p.

A travers leurs regards sociologique, ethnologique et historique, les auteurs présentent les résultats de leurs recherches sur l'intégration par le sport, à travers l'immigration, les quartiers sensibles, le milieu carcéral. Ils remettent en cause le discours dominant des acteurs du monde politique et associatif : le sport aurait des vertus intégratrices par nature. Même si les effets de la pratique sportive sont loin d'être négligeables, ils dépendent du contexte de leur organisation, des caractéristiques et des compétences de ceux qui les mettent en œuvre.

Gasparini W., Vieille Marchiset G. Le sport dans les quartiers: pratiques sociales et politiques publiques. Paris, France : Presses universitaires de France, 2008. 176 p.

Le sport peut-il pacifier et redynamiser une banlieue ? Quels sont les sports pratiqués dans les quartiers ? Selon quelles modalités ? Pourquoi privilégier le sport dans les politiques urbaines à destination des quartiers de relégation ? En réponse à la " crise du lien social ", le sport est souvent présenté comme un puissant ciment ou du moins comme un modèle d'intégration pour les " jeunes des cités ".

Ragi T., Gasparini W., Moro A. « Sports et intégration sociale ».
Agora débats/jeunesse, 2003, n°33, 154 p.

Présentation de Tariq Ragi : « Dans les débats de ce numéro, l'objectif consiste à poser quelques éléments permettant de mesurer le passage du sport dans sa dimension d'instrument d'intégration sociale au sport en tant que lieu d'intégration sociale. Cinq entrées sont retenues pour rendre compte de cette évolution : la part du sport associatif dans le monde sportif, le sport scolaire dans son rapport au handicap, les pratiques et les déviances sportives dans leur contribution au lieu social, les vertus du sport de rue dans la construction identitaire de jeunes confrontés au délitement du lien social et, enfin, une analyse des glissements survenus dans les interprétations sociologiques de la pratique sportive des jeunes. »

« L’intégration par le sport ? ». Sociétés contemporaines. 2008, n°69, 183 p.

A partir d'investigations mobilisant des méthodes et des objets variés (depuis l'impact médiatique et politique de l'interruption du match France-Algérie, jusqu'à l'opposition symbolique entre la figure, suspecte, du sportif naturalisé et celle, glorieuse, du champion issu de l'immigration, en passant par la comparaison selon les contextes nationaux de l'utilisation du sport dans les politiques sociales ou de la place des clubs communautaires), ce dossier relativise cette croyance dans les vertus intégratrices du sport et interroge la fable de la citoyenneté par le sport.

Sport féminin

BROUCARET F. Le sport féminin: le sport, dernier bastion du sexisme ?.
Paris, France : Michalon éd., 2012. 285 p.

"Disons-le d'entrée de jeu : le sport moderne a été inventé dans le dernier quart du XIXe siècle par les hommes pour les hommes". Le constat de Fabienne Broucaret est sans appel. Le sport est un milieu machiste, et ce sexisme prend aujourd'hui des formes plus insidieuses : dans le choix des pratiques, dans le peu de place que les médias accordent au sport féminin, dans l'image glamour à laquelle on réduit trop souvent les championnes, dans l'inégalité des revenus entre sportifs et sportives, dans l'absence de femmes dans l'encadrement du sport... 

CENTRE DE RECHERCHE ET D’INNOVATION SUR LE SPORT.
Histoire du sport féminin : histoire et identité. Paris, France : L’Harmattan, 1996. 234 p.

"Issus d'un colloque organisé par le Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport de Lyon, en décembre 1994, ces textes s'interrogent sur les conditions d'apparition et de transformation du sport au féminin ainsi que sur les résistances et oppositions qu'il a provoquées."

CENTRE DE RECHERCHE ET D’INNOVATION SUR LE SPORT. Histoire du sport féminin: éducation et société. Paris, France : L’Harmattan, 1996. 271 p.

"Issus d'un colloque organisé par le Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport de Lyon, en décembre 1994, ces textes s'interrogent sur les conditions d'apparition et de transformation du sport au féminin ainsi que sur les résistances et oppositions qu'il a provoquées."

DAVISSE A., LOUVEAU C., FRAISSE G. Sports, école, société: la différence des sexes. Paris, France : L’Harmattan, 1998. 342 p.

Le sport est et demeure le lieu des différences entre les hommes et les femmes: c'est aussi un lieu d'inégalités entre les femmes puisque les femmes des milieux populaires ne s'y inscrivent pas. Les auteurs montrent comment le masculin et le féminin se construisent et s'expriment dans le sport, univers historiquement masculin. La mise en regard de l'espace social des adultes et de celui de l'école, des enfants et des adolescents, fait apparaître comment les différences sont marquées par des évolutions et par des permanences.

DREVON A. Alice Milliat: la pasionaria du sport féminin.
Paris, France : Vuibert, 2005. 197 p.

Sait-on que des Jeux Olympiques féminins furent organisés à Paris en 1922, à Göteborg en 1926, à Prague en 1930 et à Londres en 1934 ? Comment le sport féminin a-t-il pu surgir et atteindre si rapidement un tel niveau ? Et pour disparaître aussi soudainement, dérangeait-il trop les habitudes et les certitudes d’un milieu masculin ? A travers le parcours d’Alice Milliat, André Devon fait le récit de l’histoire des origines du sport féminin. 

MENNESSON C. Etre une femme dans le monde des hommes: socialisation sportive et construction du genre. Paris : l’Harmattan, 2005. 364 p.

En faisant partager l'expérience singulière des footballeuses, boxeuses et femmes haltérophiles de haut niveau, Christine Mennesson analyse les conséquences de l'entrée de femmes dans des mondes traditionnellement réservés aux hommes. L'appropriation de techniques corporelles " masculines " par les sportives questionne de fait les définitions traditionnelles des catégories sexuées. L'auteure répond en montrant comment la construction du genre dans ces univers particuliers varie selon les modes de socialisation à l'œuvre dans les différentes activités et lieux de pratique.

Sport et genre

TERRET T. Sport et genre : la conquête d’une citadelle masculine. Volume 1. Paris : l’Harmattan, 2005. 392 p.

Au-delà de son rôle dans la définition des contours de la féminité et de la masculinité idéales, le sport participe à la mise en place des signes, pratiques et symboles qui dénotent une appartenance identitaire et fondent un type de relation (pouvoir, hiérarchie...) entre les sexes ou au sein de chacun des sexes. Ces mécanismes complexes ont eux-mêmes une histoire. Le présent ouvrage, analysant la manière différenciée dont les femmes ont progressivement conquis l'institution sportive et ont su s'arranger des résistances masculines, constitue le premier volume des actes de ces journées.

LIOTARD P. Sport et genre : excellence féminine et masculinité hégémonique. Volume 2. Paris : l’Harmattan, 2005. 304 p.

Excellence féminine et masculinité hégémonique explore les définitions idéales de l'athlète homme et interroge la manière dont certaines sportives ont su s'engager dans d'autres voies pour, à leur tour, présenter des modèles de réussite. 

SAINT-MARTIN J. Sport et genre : Apprentissage du genre et institutions éducatives. Volume 3. Paris : L’Harmattan, 2005. 400 p.

Le présent ouvrage questionne la construction des identités sexuelles et l'apprentissage des rapports sociaux de sexe au sein des organisations éducatives.

ROGER A. Sport et genre : objets, arts et médias. Volume 4.
Paris : L’Harmattan, 2005. 274 p.

Objets, arts et médias aborde les multiples relais, véhicules et détails qui, dans le monde du sport ou s'en inspirant, contribuent à renforcer ou perpétuer les normes du genre. 

TERRET T. Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle. Rennes : Presses universitaires
de Rennes, 2013. 773 p.

L’ouvrage investit la vulnérabilité des personnes à travers un ensemble hétérogène de conditions touchant les règlements sportifs, les discours, les vêtements, les usages et soins du corps et le contrôle des risques. Il vise aussi à comprendre la manière dont s’opèrent des ajustements et des régulations qui, au plus près de l’expérience corporelle, agissent sur la transformation des positions de domination et des modes de discrimination. L’ouvrage entend repérer la manière dont les pratiques et institutions sportives peuvent porter atteinte à la santé des personnes, créer des formes de vulnérabilité (physiques ou psychologiques) ou, au contraire, constituer des espaces de protection et de développement sanitaire en fonction du genre. 

TERRET T., ZANCARINI-FOURNEL M. « Le genre du sport ». Clio. Histoire‚ femmes
et sociétés. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2006, n°23, 379 p.

Ce numéro est le fruit de la rencontre entre CLIO, Histoire Femmes et Sociétés, revue d’histoire des femmes et du genre, et les historiens du sport. S’agit-il d’une stratégie de renforcement et de légitimation réciproque ? Il n’en est rien. Force est toutefois de constater que cette rencontre est tardive, alors même que l’histoire des femmes et l’histoire du sport sont nées à peu près en même temps, au début des années 1970, et que leur commune marginalisation au sein de la discipline historique aurait pu les rapprocher. Pourquoi ?

Géographie du sport

AUGUSTIN J.-P. Géographie du sport: spatialités contemporaines et mondialisation.
Paris, France : A. Colin, 2007. 220 p.

L'ouvrage présente les variations territoriales des pratiques sportives, leurs modèles spatiaux
de répartition, et les principales tendances qui jouent un rôle dans le champ d'étude socio-spatial du sport. 

AUGUSTIN J.-P., BOURDEAU P., RAVENEL L. Géographie des sports en France.
Paris, France : Vuibert, 2008. 178 p.

Que sait-on au juste de l'empreinte du sport dans l'espace géographique, de son rôle économique ou encore de la place qu'il tient dans l'organisation des sociétés et dans les représentations qu'elles se font d'elles-mêmes ? Cet ouvrage est organisé en trois parties : les dynamiques spatiales des pratiques, l'analyse des sports professionnels largement liés aux hiérarchies urbaines, et les sports de nature qui connaissent un développement croissant et posent de sérieuses questions d'interprétations, ces pratiques se situant à la croisée du sport, du loisir et du tourisme et intéressant de vastes espaces. 

GILLON P., GROSJEAN F., RAVENEL L., CASSAN D., BENOÎT-GUYOD M. Atlas du sport mondial: business et spectacle. Paris, France : Autrement, 2010. 80 p.

L'Atlas du sport mondial tente de répondre aux questions qui confrontent le sport avec l'existence d'une société de dimension planétaire : quand et comment s'est-il diffusé ? Pourquoi s'est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure est-il devenu un instrument de puissance ? Quelle forme prend le grand marché du sport (industries, sponsors, médias, transferts de joueurs...) ? L'idéal sportif survit-il aux nouvelles donnes d'une pratique toujours plus médiatisée et spectaculaire ? 

POLI R. Le marché des footballeurs: réseaux et circuits dans l’économie globale.
Bern, Suisse : CIES,  2010. 164 p.

L’ouvrage illustre les logiques sous-jacentes à la mondialisation du marché des footballeurs. Il présente des informations de première main sur le fonctionnement des réseaux de transfert, collectées par l’auteur au cours de dix années de recherches menées en Europe et en Afrique.